The value of Gentleness and Kindness in Breathwork

Version française en bas de page

“I am a tough cookie”

I grew up in Switzerland when women were not allowed to vote and when, at school, boys were doing math and gym while girls learned to sow and knit… for 1 morning a week over 10 years. Moreover, around me women were often mocked, and considered stupid, weak and vain. I therefore decided I was going to be a boy. As “boys don’t cry”, I didn’t cry either. Since “boys are tough”, I put myself up for the tough jobs. When I turned 15, women finally became full citizen, but I, too, was despising them.

For the rather rural community I was born into, going to University was as likely as walking on the moon, even for boys. Yet I had to prove to myself and others, that I was intelligent, and as intelligent as a man. It took a few detours and additional years, but I finally got there. I chose to study Economics, not because I liked it or was good at it, but because in my eyes it was a men’s career. I was so happy when I got top marks in Computer Science, I had my proof!   

By then, however, and not surprisingly, I had developed a life-threatening eating disorder. I had become bulimic and lost 1/3 of my weight. I didn’t menstruate for more than a year and when I went to our family doctor, he told me not to worry, with me being at uni, my blood was probably all in my brain! That was the 70’s and no one talked about eating disorders at the time. It took me another 5 years to admit that I needed help and to start therapy, and 3 more years of psychotherapy, body work, meditation and breathwork to stop being bulimic.

I loved being on a personal growth path; I was eager to learn and tried technique that I came across. I wanted to grow more and faster. I put myself in for rather harsh courses where I was told that I had to “fight” my ego, or that my stories where laughable (that’s when I had to share in a group the most upsetting episode of my life while the others joyfully sang a silly children’s tune).

I also attended all kinds of breathwork workshops, in which I had to breathe very strongly, shout out loud, bang my arms and legs furiously; where I hurt at the end of the session, but was pleased because, for me at that time, the dramatic intensity of the process must equal to a jump in personal growth.

Don’t get me wrong, I don’t wish to ridicule all these experiences. By then we were in the 80’s. On the back of Flower Power and Hippy movement, more and more people were starting their quest to improve their mental, emotional and spiritual wellbeing. I believe that such an intensity and drama were necessary for a shift in consciousness. I am indeed very grateful to all my teachers at that time for their vision, their courage and their boldness.

When I came across Rebirthing Breathwork in 1990 however, I was living in Lesotho at the time, it felt like I was coming back home at last, home to myself. Rebirthing Breathwork encompassed all the sides of my being that I had dealt with separately in my various therapies before: the physical, the mental, the emotional and the spiritual. I was delighted. 

With Rebirthing Breathwork, there were moments where I would touch into the vulnerable young version of myself. My inner little Brigitte was really scared and upset but had nobody to turn to. At first, I was not ready to be with her. It took me a very long time until I was willing to actually listen to her and welcome her feelings. I had to learn to use a very gentle version of Rebirthing Breathwork, to be kind to myself, to stop beating myself up for not being enough this or too much that. I had to learn acceptance, surrender, letting go. Slowly, slowly my inner child started to feel safe enough to trust me. She gradually grew freer, more confident and, in this process, she unlocked bundles of fun, treasures of creativity, intuition and love. I was then able to love myself unconditionally, with tenderness, including for my darker side. I began to trust the world and experience immense love for everyone and all creation.

I believe that it is our relationship with our inner child that holds our connection with the divine, with the magic of life, with our true, unique, precious self. If we want to be able to express ourself fully in this world, emotionally and spiritually, but also professionally and politically, it is, in my eyes, very important to reclaim the various little children that we have left behind at different ages along our growing up years. I have experienced on a cellular level as well as witnessed it in my clients and students how gentle Rebirthing Breathwork is particularly suited to this kind of deep work, and is the key to success, happiness and freedom.

In this approach of Rebirthing Breathwork that I call Gentle Rebirthing Breathwork we use our Natural Breath, while applying the 5 elements of Rebirthing Breathwork all through the session:

  1. Relaxation: relaxing the body, relaxing the breath, the mind, knowing that I am safe
  2. Conscious connected breath: connecting the inhale with the exhale (no pauses between the two); welcoming every breath consciously; feeling the prana (the divine energy within this breath) with the inhale; relaxing the exhale
  3. Awareness in details: keeping the attention in the body, feeling energy moves, tensions, tingling. Letting go of thoughts and expectations
  4. Not making anything wrong: accepting, welcoming what is. If there is pain, relaxing into the pain without judging it (relaxing the body, connecting the breath, keeping the awareness there). If nothing is happening, staying present to nothingness, accepting it, enjoying it
  5. Willingness to be present. Willingness to breathe in that way and to apply the 4 above elements is enough for Rebirthing Breathwork to support you fully in your process

Over the years, with Rebirthing Breathwork, I have discovered that I am actually very sensitive, delicate, and feminine! I have learned to appreciate these exquisite qualities that allow me to tune in with other people and with the magic of the Universe. I still have a strong male side of course, and am keen to try out rather yang breathwork modalities, such as the Wim Hof method with its strong breathing technique and cold-water immersion. Nonetheless it is gentle connected breathing and kindness to myself that have at long last “cracked the tough cookie”, allowing me to uncover my unique precious self, and teaching me how to express it in the world.

If breathwork, gentleness and kindness are calling you, make sure you chose a breathwork practice that works for you. Be gentle to yourself. Remember that these two “soft” ingredients, gentleness and kindness, can actually powerfully transform your life and make you unstoppable in realising your dreams.

For further readings about Rebirthing Breathwork and working with our inner child, have a look at Michael Brown’s “The Presence Process”, 2nd edition 2010, or

Check my school website: AIRschoolofbreathwork.com

Extract for my speech at the Russian International Breathwork Conference 2020, Nov 15th.

La douceur et la gentillesse : ingrédients transformateurs du Rebirth

«Je suis une dure à cuire»

J’ai grandi en Suisse quand les femmes n’avaient pas le droit de vote et quand, à l’école, les garçons faisaient des maths et de la gymnastique pendant que les filles apprenaient à coudre et à tricoter… et cela à raison d’un matin par semaine pendant dix ans ! De plus, autour de moi, les femmes étaient souvent ridiculisées et considérées comme stupides, faibles et vaines. J’ai donc décidé que j’allais être un garçon. Comme « les garçons ne pleurent pas », je n’ai pas pleuré non plus. Puisque « les garçons sont des durs », je me suis mise en avant pour les boulots difficiles. Quand j’ai eu 15 ans, les femmes ont finalement obtenu le droit de vote, mais moi j’étais dans le camp de ceux qui les méprisais.

Pour la communauté rurale dans laquelle je suis née, aller à l’université était aussi probable que de marcher sur la lune, même pour les garçons. Pourtant je devais me prouver à moi-même et aux autres que j’étais intelligente d’une part, et aussi intelligent qu’un homme d’autre part. Il a m’a fallu faire quelques détours et y consacrer des années supplémentaires mais j’y suis finalement arrivée. A l’université, j’ai choisi d’étudier l’économie, non pas parce que cela m’intéressait ou que j’étais douée dans ce domaine, mais parce qu’à mes yeux, c’était une carrière d’hommes. J’étais tellement heureuse quand j’ai obtenu la meilleure note en informatique, j’avais ma preuve !

Sauf que je n’y étais pas arrivée là sans y laisser des plumes. Je me retrouvais alors avec un trouble de l’alimentation potentiellement mortel. J’étais devenue boulimique et j’avais perdu un tiers de mon poids. Lorsque je suis allée voir notre médecin de famille parce que je mes règles avaient disparu pendant plus d’un an, il m’a dit de ne pas s’inquiéter, qu’étant à l’université mon sang était probablement tout dans mon cerveau ! On était dans les années 70 et personne ne parlait de troubles de l’alimentation à l’époque. Il m’a fallu encore 5 ans pour admettre que j’avais besoin d’aide et pour commencer une thérapie, et ensuite encore 3 ans de psychothérapie, de travail corporel, de méditation et de respiration pour que la boulimie ne fasse plus partie de ma vie.

J’adorais être sur un chemin de croissance personnelle ; J’avais hâte d’apprendre et essayais toutes les techniques qui de présentaient à moi. Je voulais aller plus loin, avancer plus vite. J’ai choisi des séminaires sévères et provocateurs où on m’a dit que je devais « combattre » mon ego, ou que mes histoires étaient risibles (je me souviens en particulier de ce moment où on m’a demandé de partager en groupe l’épisode le plus bouleversant de ma vie tandis que mes auditeurs chantaient en riant une chanson enfantine).

J’ai également participé à toutes sortes d’ateliers de respiration dans lesquels je devais respirer très fort, crier de tout mon saoul, taper des bras et des jambes avec fureur ; où j’avais mal partout à la fin de la séance mais étais satisfaire parce que, pour moi à cette époque, l’intensité du processus devait sûrement être égal à un énorme saut en croissance personnelle.

Ne vous méprenez pas, loin de moi l’idée de ridiculiser toutes ces expériences. Nous étions dans les années 80. Après le Flower Power et les Hippies, de plus en plus de gens commençaient leur quête pour améliorer leur bien-être mental, émotionnel et spirituel. Je crois qu’une telle intensité était nécessaire pour un changement de conscience. Je suis en effet très reconnaissante à tous mes professeurs de l’époque pour leur vision, leur courage et leur audace.

Quand je suis tombée sur le Rebirth en 1990 j’ai eu l’impression de me retrouver enfin, de me reconnecter avec mon essence propre. Cette technique, qui allie la respiration consciente à une analyse de nos schémas inconscients de pensée, englobait tous les aspects de mon être que j’avais traités séparément dans mes diverses approches thérapeutiques précédentes : le physique, le mental, l’émotionnel et le spirituel. J’étais ravie.

Avec le Rebirth je suis entrée en contact avec la jeune version vulnérable de moi-même. Ma petite Brigitte intérieure était vraiment effrayée et bouleversée mais n’avait personne vers qui se tourner. Au début, je n’étais pas disponible pour l’accueillir. Elle m’embarrassait. Il m’a fallu très longtemps avant que je sois prête à l’écouter et à reconnaitre ses émotions. J’ai dû apprendre à utiliser une version très douce du Rebirth, à être gentille avec moi-même, à arrêter de me trouver pas assez ceci ou trop cela. J’ai dû apprendre à accepter et à lâcher prise. Lentement, au fil des séances, mon enfant intérieur a commencé à se sentir suffisamment en sécurité pour me faire confiance. Elle est progressivement devenue plus libre, plus confiante et, dans ce processus, elle a débloqué des trésors de joie, de créativité, d’intuition et d’amour. J’ai alors pu m’aimer inconditionnellement, avec tendresse, y compris pour mon côté le plus sombre. J’ai commencé à faire confiance aux autres et à éprouver un amour débordant pour mes proches et le monde entier.

Je suis persuadée que c’est notre relation avec notre enfant intérieur qui tient la clé de notre connexion avec le divin, avec la magie de la vie, avec notre vraie, unique et précieuse nature. Si nous voulons pouvoir nous exprimer pleinement dans ce monde, émotionnellement et spirituellement, mais aussi professionnellement et politiquement, il est à mes yeux très important de récupérer tous les petits enfants que nous avons abandonnés à différents âges au cours de notre croissance. J’ai expérimenté au niveau cellulaire et en ai été témoin chez mes clients et étudiants à quel point le Rebirth en douceur est particulièrement adapté à ce genre de travail profond, et ouvre la porte du succès, du bonheur et de la liberté.

Dans cette approche du Rebirth que j’appelle le Rebirth en douceur, nous utilisons notre respiration naturelle tout en appliquant les 5 éléments du Rebirth :

1. la détente : de notre corps… de notre respiration… de notre mental… tout en nous rappelant que nous sommes en sécurité

2. la respiration consciente connectée : en reliant notre inspiration à l’expiration (pas de pause entre les deux) ; en accueillant consciemment chaque respiration ; en respirant le prana (l’énergie divine dans ce souffle) avec chaque inspiration ; en relaxant chaque expiration

3. la conscience des moindres détails : en gardant notre attention dans notre corps, en ressentant les mouvements d’énergie, les tensions et picotements ; en ignorant nos pensées et de nos attentes

4. l’acceptation de tout ce qui se passe : en accueillant ce qui est. S’il y a de la douleur : se détendre dans cette douleur sans la juger (relaxer notre corps, connecter notre respiration, garder notre attention sur chaque respiration). Si rien ne se passe : rester présent au néant, l’accepter, en jouir

5. la volonté d’être présent. La volonté de respirer de cette manière et d’appliquer les 4 éléments ci-dessus est suffisante pour qu’une séance de Rebirth vous soutienne pleinement dans votre processus.

Au fil des années, avec le Rebirth, j’ai découvert que je suis en fait très sensible, délicate et féminine ! J’ai appris à apprécier ces qualités exquises qui me permettent d’être à l’écoute des autres et de la magie de l’Univers. J’ai toujours un fort côté masculin bien sûr, et je suis encore intéressée aux modalités de respiration plutôt yang, telle la méthode Wim Hof ​​avec sa technique de respiration forte et son immersion en eau glacée. Néanmoins, c’est la respiration connectée en douceur et la gentillesse envers moi-même qui ont enfin ramolli la dure à cuire que j’étais, me permettant de découvrir mon moi unique et précieux et m’enseignant comment l’exprimer dans le monde.

Si la respiration, la douceur et la gentillesse vous attirent, assurez-vous de choisir une pratique de respiration qui vous convient. Soyez doux avec vous-même. N’oubliez pas que ces deux ingrédients « doux », la douceur et la gentillesse, peuvent réellement transformer votre vie de manière puissante et vous rendre imparable dans la réalisation de vos rêves.

Pour en savoir plus sur le Rebirth et travailler avec votre enfant intérieur, je vous suggère l’excellent livre de Michael Brown The Presence Process (2éme édition, 2010), ou de trouver un/e praticien/ne du Rebirth qui vous inspire. Il y en a une liste sur le site de mon école :  https://airschoolofbreathwork.com/new-page

Extrait de mon discours au 5ème Congrès Russe International de la Respiration, le 15 novembre 2020.

3 thoughts on “The value of Gentleness and Kindness in Breathwork

  1. Fantastic testimonial Brigitte, as a woman from the same generation I can totally relate to the fact that it is quite a journey to return to our true self and that the way is the gentle one! Self compassion, kindness is so much needed. Now is the time. Having had the opportunity to get a session from one of your students, lately I confirm that you ‘walk your talk’ .I could feel the presence and invitating kindness of my rebirther, even if it was online. Thanks a lot for you good work of transmission!

    Liked by 1 person

  2. Brigitte, Thank you very mutch to share your proces from tough to très sensible, délicate et féminine! That’s how I now you. It is/was also my way and I’m very grateful to have this fantastic value of Gentleness and Kindness in Breathwork into my life. Thank you to put your wonderful work in the world.

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s